Petasse

Petasse 1992-2008

 petasse 16 ans arbre

Summer 2007

(English below)  

Bien que Pétasse n’ait jamais pu performer dans les expositions canines, elle a toujours été la grande championne de notre famille.  Sa nature calme mais active, sa grande joie de vivre et sa grande face de clown en ont fait le compagnon parfait de mes années d’études, et de celles qui ont suivi.  Mes enfants ont également adoré partager leur quotidien avec elle, et sa présence nous manque beaucoup.

 

Je l’ai adoptée en 1993 alors qu’elle avait environ un an et qu’on l’avait abandonnée attachée à un arbre au centre-ville de Sherbrooke au beau milieu du mois de janvier.  La SPA locale l’avait récupérée et lui cherchait un bon foyer.

 

Ça a été le coup de foudre.  Une grosse chienne très athlétique et attachante venait partager ma vie.  J’étais persuadée que sa génétique hybride allait en faire un chien solide et en santé.  Comme je me trompais…

 

Dès le début, les soins que cette hybride a requis ont été imposants; lors de sa stérilisation, elle a fait une réaction allergique aux points de suture…  Et un diagnostique peu encourageant de patellas luxés a été émis.  Avec un chien de sa corpulence, son futur ne semblait pas des plus engageants.

 

Vers 4 ans, une sévère infection urinaire, ainsi qu’un bouton d’acnée devenu un énorme abcès ont ramené la menace d’une vie écourtée.  Je me rendais bien compte que mon chien de race croisée avait un apport génétique loin d’être des plus sains.  Les vétérinaires me disaient fréquemment de ne pas m’attendre à pouvoir partager la vie de Pétasse plus de 8 ans maximum, que ses reins et ses patellas lui rendraient la vie trop difficile. On m’a également offert une chirurgie, laquelle comprenait un taux de réussite raisonnable, mais demandait que Pétasse passe ensuite plus de 9 mois en cage.  Comme elle était très active, je n’ai pas opté pour cette solution.

 

Pétasse ayant un intérêt prononcé pour les activités intenses, tant au niveau cardiaque que musculaire, j’ai décidé de ne pas l’en priver; nage, rapport d’objet et sauts ont été au menu pendant longtemps (les patellas luxés ne causent pas de douleur).  Si elle ne devait pas vivre longtemps, autant vivre pleinement.  Au bout de quelque temps, je me suis rendu compte que sa musculature renforcée avait un aspect positif;  les patellas demeuraient dans leur socle plus fréquemment.

 

Lorsqu’elle a atteint l’âge de sept ans, j’ai entendu parler de la diète BARF, après quelques recherches, j’ai entrepris de nourrir Nafnaf et Pétasse avec ce type de diète.  Les changements ont été impressionnants.  Toutes deux ont retrouvé un tonus musculaire de  que l’on ne voit que chez les chiens très athlétiques. Et les patellas de Pétasse n’ont pratiquement pas sorti de leur socle pendant les cinq années suivantes.

 

Quant aux problèmes rénaux, ils ne se sont plus jamais pointé le nez.  Lorsque Petasse a eu 13 ans, les patellas ont recommencé à démontrer de la faiblesse; l’âge reprenait son droit, les activités intenses ont été remplacées par de longues marches, lesquelles ont continué jusqu’à ce que Petasse ait atteint 15 ans.  Les pattes de derrière sont devenues alors très instables, et même les marches de courte durée ont dû être mises de côté.

 

Elle avait atteint l’âge vénérable de 16 ans lorsque nous avons dû nous résoudre à la laisser partir, sa condition générale s’étant trop détériorée.  Sa petite bouille de clown triste nous manque beaucoup…

  

 

Petasse came into my life when I was a college student and couldn’t afford to buy and care for a Great Dane.  Someone had left her tied to a tree in the middle of a cruel typical made in Québec winter.  The local SPA people had rescued her and they were looking for a good family to take care of her. Her sad clown face, and eagerly manners attracted me immediately and she came to live with me.  I was so sure that her hybrid genetic was a good sign, that she would become a robust bitch with no health issues. I was so wrong. Troubles started when I had her spayed; she did an allergic reaction to the stitches.  The vet then realised that she was cursed with a dysfunction normally seen in small breeds; patellas luxation.  For such an active bitch, it was a very sad diagnose… Then, her kidneys showed some signs of weakness when she got four, and a very tiny acne spot became so severely infected; finding the right antibiotics was like figuring out how to end the actual war.  The vets told me that I should not expect to share her life linger than seven or eight  years, that the burden of the patellas and kidneys troubles would then be to much for her. 

Since she enoyed playing, fetching and swimming so much, I decided that, if she were to live so little, at least it would be a life filled with pleasures (patellas luxation is not a painfull condition).  So I played with her, a lot.  I soon realised that her muscular toned had improved and that the patellas were staying more and more in their socles.  Her general condition improved.

 She was seven when my research for the perfect diet had led me to the BARF diet.  I switched her and Nafnaf on that diet, and their muscle tone immediately improved.  So did her general condition.  The patellas were now stronger than they had ever been before, getting out of their socles only randomly until she got to her thirteenth year.  The kidney troubles never came back. Then, her activities were reduced to long walks until she got to her fifteenth birthday.  Her behind was not too weak and instable, and even dealing with the stairs became a challenge. We resigned ourselves to let her go shortly before she would have turned seventeen, her general condition had become to bad.  We still miss her sweet face very much…